Aller au contenu principal

Retour de salon : nos coups de cœur écodesign

maison&objet janv 2012:Mise en page 1

Le « green design » existe, nous l’avons rencontré au détour des allées du salon Maison & Objet, qui a fermé ses portes le 24 janvier. Ultra-minoritaire, mais bien vivant, avec des produits souvent éco-conçus, beaux, fonctionnels et, ne serait-ce que parce qu’ils marient ces trois qualités, innovants. Voici nos sept coups de cœur.

  • Ooobject a débarqué de Hong-Kong l’année dernière. Fruit, café, coquilles d’œuf, verre, moquette… ses objets du quotidien recyclent tout, même le temps !
  • PCM est une maison d’édition née il y a sept mois à Madrid, sous l’impulsion de l’architecte Paloma Cañizares. On a aimé le minimalisme sensuel avec lequel sa collection Plug marie le liège et le verre.
  • Bacsac. Vous les reconnaissez ? Les créateurs des géniaux conteneurs en géotextiles (le potager qu’on déménage facile sur le toit de sa Fiat 500 orange) nous ouvrent désormais la voie de l’urban farming de salon.
  • Konstantin Slawinski : la firme allemande enfile les perles en bois pour une édition très nature de son fameux collier dessous de plat.
  • La Corbeille éditions : décidément, on aime son Tréteau de chantier en bois ; il fera chic et malin sous un plateau de table en verre.
  • Chez Forestier, le luminaire est forcément LED. Sous les crayons d’Arik Lévy, de Noé Duchaufour-Lawrance et d’Elise Fouin, il nimbe d’élégance l’éco-attitude.
  • Avec Nonah!, on a gardé le plus rafraîchissant pour la fin : des meubles parfaitement éco-ludiques pour les 3-9 ans, par un trio familial plein de talents.

« Revive » : des gobelets colorés à base de verre recyclé cuit à basse température.

1. OOOBJECT, LE TOUT RECYCLAGE

Fruit, café, coquilles d’oeuf, verre, moquette… les objets de la firme de Hong-Kong recyclent tout, même le temps !

Sur le salon, le stand est tellement marketé qu’il en paraît louche : à tant vouloir le prouver, le « green design » du groupe Green & Associate n’est-il pas du green washing ? On s’arrête devant chaque objet, on lit chaque panneau, cela prend quelque temps… et finalement, on est conquis ! C’est utile, c’est malin, c’est « green », bref… c’est Ooobject.

Le concept de la marque repose sur l’objet utilitaire à base de matériaux recyclés. L’étendue de la gamme et la diversité des matières impressionnent : gobelets, stylos, coupes, cintres, patères, lampes, boites à œufs, brosses de toutes tailles, couverts… verre, café, fruits, coquilles d’œufs, moquettes d’évènementiel…

« Carlo » : des couverts dessinés pour manger plus lentement…

« Nous travaillons avec de nombreux laboratoires universitaires en Chine, sur la recherche et le développement de matériaux issus du recyclage, explique Mandy Li, directrice marketing de la marque. Les collections ont été lancées en 2011 mais la R&D a en réalité débuté dès 2006, et se poursuit pour de nouveaux développements. »

L’objet utilitaire passé au filtre du recyclage.

La seule denrée non passée au tamis du recyclage est l’humour. Ainsi, les adeptes du slow food ont-ils désormais leurs couverts avec Carlo, dont les fourches et les courbes sont altérés pour obliger à manger plus lentement… D’ores et déjà en vente chez Merci (Paris).

« Plug » : les créations de Thomas Kral pour PCM célèbrent avec originalité l’alliance du verre et du liège. © DR

2. PCM A L’HEURE ESPAGNOLE

La toute jeune maison d’édition madrilène revisite les matériaux traditionnels à l’aune d’un minimalisme sensuel.

Créée au printemps 2011 à Madrid par l’architecte Paloma Cañizares, PCM a dévoilé sur Maison & Objet une première collection à la fois variée et cohérente, explorant l’acier, le verre et le liège, dans les domaines des arts de la table, du luminaire et de l’assise.

Parmi ses créations, la série « Plug », du designer slovaque Thomas Kral, nous a semblé la plus innovante, par sa manière de propulser le liège sur la scène de la modernité.

Allié à un verre noir mat qui évoque la céramique, le liège issu des forêts hispaniques n’est pas ici sans rappeler la terre cuite. Un effet de trompe-l’œil parmi d’autres, subtil cependant, tout comme le parti pris de lignes quasi (i)coniques. A retrouver dès ce printemps… au Printemps.

3. BACSAC CULTIVE NOTRE JARDIN INTERIEUR

Virgile Desurmont, paysagiste et co-créateur de Bacsac.

La fameuse jardinière 100% légère et urbaine fait désormais salon.

Ils ont fait sensation il y a quelques saisons avec Bacsac, ce génial concept de jardinière souple pour urban farmers. Godefroy de Virieu, Virgile Desurmont (photo) et Louis de Fleurieu, respectivement designer et paysagistes, déclinent désormais leur conteneur, initialement en géotextile 100% recyclable, en cordura pour usage intérieur.

Pour l’intérieur, un textile cordura bleu outremer.

Le nouveau tissu lui-même n’est pas à proprement parler très vert, en fait, il est même très bleu. Mais le principe demeure d’une jardinière souple, légère, étanche et techniquement adaptée pour une culture optimale.

Dedans ou dehors, par-delà l’effet de mode et la séduction déco, l’intelligence du produit est de coller au meilleur de son époque : celui d’une recherche d’authenticité par la proposition de solutions nourricières dans un environnement urbain à transformer d’urgence.

L’équipe de Bacsac travaille d’ailleurs avec des associations sur des jardins partagés. Et si les collectivités avaient la bonne idée de les solliciter ?

En bois ou/et porcelaine, « Perle » roule sans ciller sous les plats.

4. KONSTANTIN SLAWINSKI ENFILE LES PERLES

La firme allemande propose une édition très nature de son fameux collier dessous de plat en porcelaine.

On surveille toujours les nouveautés de Konstantin Slawinski, depuis son rigolo moule à gâteau à parts variables pour petits et grands gourmands. Son dessous de plats Perle en porcelaine est un grand classique. Le voici qui se met au vert, avec une nouvelle version déclinée tout en bois ou mêlant le bois et la porcelaine. Petit et grand modèles, 12 ou 16 perles plus le fermoir rouge : à partir de 25 € ttc.

C’est le chantier pour dîner ! © DR

5. LA CORBEILLE DRESSE LA TABLE

Un seul Tréteau en frène, pour dîner ou travailler chic et malin.

La Corbeille éditions nous a habitué à ses mobiliers et objets fonctionnels d’une apparente simplicité. Ici, un seul tréteau de chantier, dont l’équerre vient astucieusement soutenir la table ou le bureau.

Plié, l’objet ne fait que 6 cm d’épaisseur. Déployé, il soutient jusqu’à 2 mètres d’envergure si le plateau est en bois ; comptez jusqu’à un diamètre de 160 cm pour du verre. 340 € prix TTC.

6. FORESTIER ECLAIRE L’ECO-ATTITUDE

Chez Forestier, le luminaire est forcément LED. Sous les crayons d’Arik Lévy, de Noé Duchaufour-Lawrance et d’Elise Fouin, il nimbe d’élégance l’éco-attitude. Le trio gagnant d’une, par ailleurs, subtile et cohérente collection.

Le rotin en cerceaux fait de la « Voltige » sur une rampe de métal. Design Elise Fouin (120 cm). © DR

Une feuille de bois contre-plaqué sur un pied en bois tourné. C’est « Double Wire », par Arik Lévy (H 70 et 125 cm).

Devant les « Crumple » en Tyvel d’Arik Lévy, la « Gloriette » de Noé Duchaufour-Lawrance ponctue terrasses et jardin (fil de métal tissé, 60 x 50 cm).

Bruno Salvodelli, designer de la jeune marque aixoise.

7. NONAH!, L’ENFANCE DE L’ECO-DECO

Avec ses mobiliers pour les 3-9 ans (seulement…), la jeune marque fait rimer ludique et écologique.

Ils nous ont plu du premier coup d’œil, ces petits meubles apparemment tout simples, colorés mais pas clownesques, rigoureux mais sachant arrondir les angles, aux lignes rythmées mais équilibrées, aux combinaisons malignes. C’est en y regardant de plus près qu’on a vu l’étiquette : « Nonah! mobilier par nature« . Vraiment ?

« On se méfie des extrémismes. Mais quand on a une solution écologique à portée de main, on la choisit » indique, dans un grand sourire, Bruno Savoldelli (photo), architecte et designer de la jeune marque créée à Aix-en-Provence avec son frère, Marc et sa sœur, Claire.

« Salamandre », bibliothèque modulaire pour tous les âges de l’enfance (jusqu’à 77 ans ?).

Tables, chaises, bibliothèques et tabourets sont réalisés en bouleau massif issu de forêts certifiées en Lettonie et travaillé sur place, peints main avec des peintures sans COV, protégés avec de l’huile naturelle biodégradable. Même les patins sont en laine de mouton non teintée…

« Nos meubles sont une sorte de trait d’union entre les enfants d’aujourd’hui et le monde de demain, que nous espérons plus soutenable. » Un bon début : depuis 2010, la presse et le public plébiscitent la marque. Longue vie à Nonah!.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :